Deux familles chrétiennes victimes de discrimination

CSI apporte un soutien juridique et financier à plusieurs familles menacées et persécutées en raison de leur foi chrétienne.

Lors de l’attaque, Mahmuda, la femme de Tobibul, a subi des fractures et des contusions. CSI prend en charge les frais d’hospitalisation. csi

Nous vous présentons ici la famille de Tobibul Islam, attaquée par des musulmans à cause de leur foi, ainsi que celle de Lovelu Sadek dont le fils a été renvoyé de l’école parce que son père proclame l’Évangile dans les rues.

Sauvés d’un danger de mort

Tobibul Islam vit avec sa famille dans le district de Nilphamari. Ils sont chrétiens depuis 2012.

Le 9 novembre 2023, Tahira, la fille de Tobibul, jouait dans la cour des voisins avec leur fille quand soudain, la mère de cette dernière a surgi, a frappé la fillette de 4 ans et lui a interdit de pénétrer à nouveau dans la cour, hurlant qu’elle n’était qu’une infidèle et qu’elle ne voulait plus voir son visage.

Tahira est rentrée chez elle, pleurant à chaudes larmes. Aussitôt, sa maman Mahmuda a voulu voir ce qui s’était passé. Quand elle a demandé à sa voisine d’arrêter de s’en prendre à sa fille, tout le voisinage musulman s’est rassemblé pour la brutaliser. Ils lui ont arraché ses vêtements et l’ont frappée au genou droit avec une barre, la blessant grièvement. Les musulmans en colère ont ensuite menacé la famille de mort si elle ne quittait pas le village dans les trois jours. Ce sont des bénévoles associés à notre partenaire qui ont pu emmener Mahmuda à l’hôpital.

Tobibul travaillait dans la rizière quand il a appris l’incident. Il s’est précipité chez lui pour apporter son aide, mais à son tour, il a été agressé et a dû être hospitalisé. CSI prend en charge les frais médicaux et accorde un soutien financier à cette famille qui ne peut plus travailler.

Lorsque Tobibul a porté plainte auprès de la police, il s’est heurté à un refus cinglant : la communauté villageoise serait censée régler l’affaire elle-même. Finalement, après une nouvelle pression de la part du partenaire de CSI, la police a tout de même pris note de l’incident, mais elle ne veut pas s’engager pour soulager la détresse de la famille chrétienne attaquée et menacée. Au contraire, quelques jours après l’agression, Tobibul a été accusé de blasphème et la police n’a pas hésité pour l’emprisonner le 17 novembre 2023. CSI tente de le faire libérer sous caution.

Expulsé de l’école

Lovelu Sadek et sa famille habitent dans le district de Rangpur et ils ont embrassé la foi chrétienne il y a dix ans. Depuis cette date, il prêche l’Évangile dans les rues, dans les bus et sur les marchés. Au début de l’année 2023, la direction de l’école a demandé à son fils Emon, qui était alors en 4e année, de convaincre son père de cesser de prêcher, sous peine de sanctions.

Mais comme il a poursuivi son travail missionnaire, Emon a été renvoyé de l’école en juin 2023. Grâce à l’intervention d’un bénévole du réseau de pasteurs mis en place par notre partenaire CSI, une autre école a pu être trouvée pour Emon, mais elle se trouve à six kilomètres du domicile familial. Pour qu’il puisse s’y rendre, CSI lui a offert une bicyclette. Bien qu’il soit rentré dans sa nouvelle école au second semestre, Lovelu a dû payer pour l’année scolaire entière. Incapable de satisfaire à de telles exigences, cet obstacle financier a été surmonté grâce au soutien de CSI.

CSI a également octroyé à Lovelu une aide financière de départ afin qu’il puisse ouvrir et gérer son propre stand de thé et subvenir ainsi aux besoins de sa famille.

Selina Messmer

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.