Noman et Sunny sont dans le couloir de la mort depuis trois ans

Au Pakistan, les cousins chrétiens Noman Masih et Sunny Waqas sont dans le couloir de la mort de la prison de Bahawalpur depuis trois ans. Ils sont accusés de blasphème. CSI tente de leur venir en aide, ainsi qu’à leurs familles désespérées.

Participer à une campagne
Noman Masih et Sunny Waqas. Au Pakistan, le blasphème est passible de la peine de mort. csi

Noman Masih et Sunny Waqas. Au Pakistan, le blasphème est passible de la peine de mort. csi

 

Sunny Waqas (23 ans) est accusé d’avoir copié des caricatures du prophète de l’islam, Mahomet. Les dessins lui auraient été envoyés par son cousin Noman Masih (21 ans) par le biais de WhatsApp. Dénoncés par un inconnu, les deux chrétiens ont été arrêté. Finalement, ce sont deux officiers de police qui ont accusé les cousins de blasphème. Depuis trois ans, Sunny et Noman sont dans le couloir de la mort de la prison de Bahawalpur. CSI tente de les aider.

Les familles sont désespérées

Lorsque Mustaq, le père de Sunny, a appris l’arrestation de son fils, il a subi un choc : son bras gauche a été paralysé. Encore aujourd’hui, il n’est toujours pas en état d’utiliser son bras. La mère, Rehana, s’inquiète beaucoup pour Sunny. Une fois par semaine, elle fait huit heures de route pour lui rendre visite en prison, lui apporter à manger et rentrer chez elle. La famille est endettée et ne se sent plus en sécurité. Rahul et Mehwish, le frère et la sœur de Sunny, ont quitté l’école par peur de se retrouver dans une situation similaire à celle de leur frère. La famille de Noman n’est pas mieux lotie. Eux aussi sont désespérés, effrayés et demandent de l’aide. Le père de Noman et la mère de Sunny sont frères et sœurs.

CSI aide

Anjum Paul, partenaire pakistanais de CSI, a rendu visite aux deux familles. CSI les aide financièrement et s’engage juridiquement contre les preuves et l’acte d’accusation insuffisants. Le président de CSI, le Dr John Eibner, a en outre adressé une lettre au ministre de la Justice pakistanais Azam Nazeer Tarar, lui demandant d’agir dans le sens de la justice et de la tolérance religieuse et d’abandonner les charges contre Sunny et Noman. Ce soutien donne aux parents des deux jeunes hommes un peu de soutien et d’espoir. Le fait de savoir que de nombreuses personnes prient pour eux en fait également partie.

Nous vous proposons de vous associer à cette démarche en signant le texte de cette lettre en ligne ci-dessous. Merci de signer d’ici fin août 2022.

Rolf Höneisen

Participer à une campagne
La campagne a été signée 35 fois.
Montrer le texte
Son Excellence Azam Nazeer Tarar
Ministre fédéral du Droit et de la Justice
Ministère du droit et de la justice
Location Blocks S & R Pakistan Secrétariat
Islamabad
Pakistan

Dear Mr. Tarar,
I write to ask you to drop charges of blasphemy - a capital offense under Article 295 C of Pakistan's Penal Code - leveled by police officers against two teenage Christian cousins, Sunny Waqas on June 30, 2019, and Noman Masih on July 1, 2019. These two young men have been languishing on death row in Bahawalpur Jail for over three years.
According to the UN Human Rights Committee, "Prohibitions of displays of lack of respect for a religion or other belief system, including blasphemy laws, are incompatible with the covenant [i.e., The International Covenant on Civil and Political Rights]." Pakistan has ratified this legally binding International Covenant.
The UN Special Rapporteur on Freedom of Religion or Belief, Mr. Ahmed Shaheed, has called for the repeal of such laws, noting that they often serve as platforms for enabling religious intolerance against vuinerable religious minorities.
As a Board Member of the Justice Pakistan Project (JPP) you will be aware of its 2015 report A "Most Serious Crime": Pakistan's Unlawful Use of the Death Penalty. As the title of the JPP report suggests, it strongly condemns an entrenched pattern of injustice in Pakistan's legal system regarding blasphemy and other capital punishment cases.
Trusting that you will act in the interest of justice and religious tolerance for Sunny Waqas and Noman Masih, I furthermore ask you to provide guarantees for the safety of these two young Pakistani citizens upon their release from prison. There is the strong possibility of religious extremists committing acts of violence against them because of the blasphemy allegation.
Most Respectfully,

Cher M. Tarar,
Je vous écris pour vous demander d’abandonner les accusations de blasphème - une infraction capitale en vertu de l’article 295 C du Code pénal pakistanais - portées par des policiers contre deux cousins chrétiens adolescents, Sunny Waqas le 30 juin 2019 et Noman Masih le 1er juillet 2019. Ces deux jeunes hommes croupissent dans le couloir de la mort de la prison de Bahawalpur depuis plus de trois ans.
Selon le Comité des droits de l’homme de l’ONU, « l’interdiction des manifestations de non-respect pour une religion ou un autre système de croyances, y compris les lois sur le blasphème, est incompatible avec le pacte [c’est-à-dire le Pacte international relatif aux droits civils et politiques] ». Le Pakistan a ratifié ce Pacte international juridiquement contraignant.
Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, M. Ahmed Shaheed, a appelé à l’abrogation de ces lois, notant qu’elles servent souvent de plates-formes pour permettre l’intolérance religieuse contre les minorités religieuses vulnérables.
En tant que membre du conseil d’administration du Justice Pakistan Project (JPP), vous connaîtrez son rapport de 2015 intitulé A « Most Serious Crime »: Pakistan’s Unlawful Use of the Death Penalty. Comme le titre du rapport du JPP le suggère, il condamne fermement un schéma enraciné d’injustice dans le système juridique pakistanais concernant le blasphème et d’autres cas de peine capitale.
Confiant que vous agirez dans l’intérêt de la justice et de la tolérance religieuse pour Sunny Waqas et Noman Masih, je vous demande en outre de fournir des garanties pour la sécurité de ces deux jeunes citoyens pakistanais à leur sortie de prison. Il est fort possible que des extrémistes religieux commettent des actes de violence contre eux en raison de l’allégation de blasphème.
Très respectueusement,
Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Myriam BORDREUIL
14. July 2022
Que l'Esprit de Dieu fasse tomber la forteresse de Satan au Pakistan et qu'Il libère Son Eglise ! Merci à CSI pour son action persévérante !
VEYRE Jacques
14. July 2022
Bonjour, En union de prière avec vous et les familles pour la libération de ces deux jeunes adolescents . Fraternellement
Robert leclercq
16. July 2022
Prions pour que la justice de ce pays marqué par l'islam accepte de réviser ce qui a amené à cette accusation et de faire ressortir ce qu'il en est en réalité.< Lc 18,1
Autres actualités – Pakistan