De plus en plus d’ecclésiastiques sont enlevés et assassinés

Des dirigeants des différentes Églises au Nigéria tirent la sonnette d’alarme : plus d’une douzaine d’ecclésiastiques ont été assassinés cette année. De nombreux éléments indiquent qu’ils sont ciblés par des bandes criminelles islamistes.

8c16ebb8-Isaac-Achi-Diocese-of-Minna-2_1114_574

Le père Isaac Achi est mort lorsque son presbytère a été incendié. Photo : Diocèse de Minna

 

Les évêques catholiques du Nigéria mettent en garde contre les attaques ciblées et les enlèvements de prêtres et de pasteurs (voir article sur Crux).

Lors de son assemblée plénière, la Conférence des évêques catholiques a accusé les forces de sécurité gouvernementales de détourner le regard lors d’attaques contre des chrétiens. « Le gouvernement n’a pas réussi à s’attaquer au problème de l’assassinat des prêtres. Cela encourage d’autres criminels à faire de même. » C’est ce que l’on entendait dans le cadre de la conférence épiscopale.

Les ravisseurs exigent des rançons élevées

Treize prêtres ont déjà été enlevés cette année et certains sont toujours captifs, comme le rapporte la Human Rights Writers Association of Nigeria (HURIWA). L’évêque de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigéria, Mgr Matthew Hassan Kukah, a exprimé ses regrets dans le site d’information ACI Africa : « J’ai perdu un séminariste, j’ai perdu un prêtre ; nous avons dépensé plus de 30 millions de nairas (environ 32 000 euros), que nous n’avons pas, pour libérer nos collaborateurs pastoraux des mains de leurs ravisseurs. »

Des membres du clergé sont assassinés

« Alors que les bandes criminelles sont intéressées par l’argent, les unités djihadistes suivent une approche stratégique dans l’enlèvement et l’assassinat de prêtres et de pasteurs », explique Franklyne Ogbunwezeh, responsable CSI de la prévention du génocide en Afrique subsaharienne. Leur motivation serait d’établir un califat islamique au Nigéria. Pour cela, les chrétiens, surtout dans le centre, doivent être chassés du pays. « Ils enlèvent et tuent les responsables chrétiens qui sont respectés dans leurs communautés. Parfois, ils tuent même ces leaders après le paiement d’une rançon. Ce faisant, ils veulent séparer la communauté de ses dirigeants, ce qui facilite la destruction des communautés chrétiennes », explique M. Ogbunwezeh.

Une augmentation des attentats attendue avant Noël

« La plupart des prêtres tués dans le centre du Nigéria, comme le père Isaac Achi, n’étaient pas seulement des curés, mais avaient aussi de l’influence dans les communautés environnantes », explique Franklyne Ogbunwezeh. Le père Achi, par exemple, était le président de l’organisation faîtière Christian Association of Nigeria.

Solomon Mwantiri, avocat des droits de l’homme basé au Nigéria, exprime son inquiétude et prévient que les attaques contre les membres du clergé pourraient se multiplier dans le centre du pays dans les semaines à venir. Comme M. Mwantiri l’a rapporté à CSI, les milices peules ont l’intention d’éliminer des figures clés locales pour ensuite, à l’approche de Noël, attaquer des communautés chrétiennes.

Selon les recherches de CSI, quinze prêtres et pasteurs ont déjà été tués cette année. La plupart des attaques ont eu lieu dans les États fédérés du centre du Nigéria, où les combattants djihadistes peuls sont les plus actifs.

Morven McLean

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.