Des dizaines de morts dans un attentat contre une église à Pentecôte

Un véritable bain de sang a été perpétré lors d’un service religieux catholique dans la ville d’Owo, au sud-ouest du Nigéria, le dimanche de Pentecôte. Plus de soixante dix fidèles y auraient trouvé la mort. On soupçonne des extrémistes musulmans peuls d’être à l’origine de cet attentat.

Des terroristes ont fait un carnage dans une église à Owo, au Nigéria. csi | fb

Des terroristes ont fait un carnage dans une église à Owo, au Nigéria. csi | fb

 

Le service religieux dans l’église catholique Saint-Francis à Owo touchait à sa fin lorsque l’enfer se déchaîne pendant vingt minutes. Des terroristes lancent des explosifs contre le bâtiment, entrent dans l’église et tirent au hasard. Des dizaines de chrétiens meurent. Le sol de l’église devient rouge de sang. Des vidéos circulant sur Internet montrent des images terribles. Des corps ensanglantés gisent sous les bancs, à côté desquels des personnes traumatisées pleurent et prient. Le nombre de morts est estimé entre septante et quatre-vingts… et pourrait encore augmenter.

Des attentats désormais aussi dans le sud du Nigéria

Avec cette attaque, il est clair que la terreur qui sévit depuis des années dans le nord islamique du Nigéria a définitivement atteint le Sud majoritairement chrétien. Le gouverneur de l’État fédéré d’Ondo, Arakunrin Oluwarotimi Akeredolu, a parlé d’un « dimanche noir ». Tous les moyens disponibles seront utilisés pour traquer les auteurs et les amener à rendre des comptes. L’attaque délibérée de personnes innocentes est « une attaque odieuse et satanique contre des personnes éprises de paix d’Owo ».

Les milices peules soupçonnées

Les auteurs de ces actes sont principalement des éleveurs peuls musulmans qui utilisent désormais de plus en plus la violence dans le Sud-Ouest et revendiquent de plus en plus de pâturages. Le gouvernement d’Ondo s’est vu contraint de décréter des restrictions de terre. Les observateurs soupçonnent le massacre de l’église d’être un acte de représailles. Ainsi, le député Adeyemi Olayemi a déclaré : « L’attaque contre l’église est une attaque de représailles pour envoyer un message diabolique au gouverneur. »

« Le Nigeria connaît une grande persécution des chrétiens »

Dans une interview accordée à CSI, le professeur Obiora Ike s’est exprimé sur cette atrocité. Il est fondateur et président de l’Institut catholique pour le développement, la justice et la paix et président du groupe de dialogue entre chrétiens et musulmans dans l’État fédéré d’Enugu au Nigéria. Il est également directeur du réseau globethics.net et membre du comité consultatif de CSI. Obiora Ike s’est montré consterné par le massacre du dimanche de Pentecôte : « Nous assistons à une grande persécution des chrétiens au Nigeria ! Les chrétiens sont chassés, enlevés et tués. » La liberté de religion et la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU ne sont pas respectées. Les djihadistes sont instrumentalisés pour chasser les chrétiens, tandis que le gouvernement assiste à la scène sans rien faire. Le professeur demande que l’on prenne enfin conscience de cela : « La communauté mondiale doit le savoir ! » Dans le même temps, il souligne que les chrétiens nigérians n’abandonneront pas leur foi. Ils seraient prêts à mourir en martyrs. Dans l’interview, Obiora Ike demande de soutenir les organisations de défense des droits de l’homme comme CSI et de se mobiliser pour la liberté de religion et la protection des chrétiens au Nigéria.

Les attaques contre les chrétiens sont minimisées

Depuis plusieurs années, CSI attire l’attention du public sur la persécution des chrétiens au Nigéria. « Les graves violations de la liberté de religion sont minimisées par la communauté internationale, qui qualifie la violence de conséquence d’une dispute pour la terre et les ressources entre bergers et agriculteurs », déplore le Dr Franklyne Ogbunwezeh, responsable CSI de la prévention du génocide en Afrique. L’attaque terroriste du dimanche de Pentecôte et des incidents comme le lynchage de l’étudiante chrétienne Deborah Yakubu par une foule musulmane, ainsi que de nombreuses autres attaques mortelles, montrent que les droits de l’homme des chrétiens et des minorités nigérians sont bafoués. Le site internet www.nigeria-report.org, géré par CSI, informe en permanence sur l’évolution de la situation dans cet État africain clé.

Rolf Höneisen

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Nigéria