Un pasteur condamné à une peine de prison avec sursis

Le pasteur évangélique Rachid Seighir habite la ville côtière d’Oran, dans l’ouest de l’Algérie. Il vit des moments particulièrement difficiles : le 2 juin 2021, son Église a été fermée. Quatre jours plus tard, il a été condamné à une peine de prison avec sursis et à une amende. Soutenez notre action de protestation !

Participer à une campagne
15_Rachid_Seighir_fb

L’Église Oratoire du pasteur Rachid Seighir fait partie des trois Églises de la wilaya d’Oran dont la fermeture a été ordonnée le 2 juin 2021. Les deux autres se trouvent à El-Ayaid et Ain-Turk.

Une sentence plus clémente

Quatre jours plus tard, Rachid Seighir, qui possède également une librairie à Oran, a été condamné à un an de prison avec sursis et à une amende équivalant à 1 300 euros, de même que son employé Nouh Hamimi. Il est accusé de « diffusion de publications et propagande portant atteinte à la foi d’un musulman ».

La sentence qui a été prononcée en appel est plus clémente que celle qui avait été rendue en première instance le 27 février 2021, où une peine de deux ans de prison et de 3 350 euros d’amende avait été infligée. Mais Farid Khemisti, l’avocat des deux chrétiens, estime que ce jugement doit encore être contesté et qu’ils sont prêts à faire appel à la Cour suprême si nécessaire.

Plusieurs années de conflit

Pour le pasteur Seighir, il est clair que la condamnation de juin 2021 est une mesure de rétorsion dans un conflit à propos de la librairie qui remonte à 2008. À l’époque, il avait été condamné pour les mêmes charges et acquitté en appel. En 2017, le gouverneur d’Oran a ordonné la fermeture de la librairie. Mais en avril 2018, un tribunal a jugé que cette ordonnance était invalide en raison d’erreurs de procédure. Les autorités compétentes ont tout de même empêché la réouverture de la librairie.

La fermeture de l’Église Oratoire est également un épisode d’une longue histoire. Le 28 décembre 2017, le gouverneur de la wilaya d’Oran a annoncé que le fonctionnement de l’Église « n’était pas conforme aux lois en vigueur » en se référant à une loi de 2006, selon laquelle les lieux de culte non musulmans doivent obtenir une licence. Mais à ce jour, le gouvernement algérien n’a répondu à aucune demande de licence émanant de communautés religieuses non musulmanes !

En conséquence, les Églises en Algérie sont régulièrement fermées par des décrets gouvernementaux qui ont un verni de légalité. Le pasteur Seighir ne comprend plus le monde. « C’est une attaque pure et simple contre nous, chrétiens algériens, et contre les Églises. »

Reto Baliarda

Source : msn

Participer à une campagne
La campagne a été signée 49 fois.
Montrer le texte
Ambassade d'Algérie
50, rue de Lisbonne
75008 PARIS

Monsieur l’Ambassadeur,
Nous sommes préoccupés d’apprendre que les chrétiens d’Algérie sont de plus en plus marginalisés par l’État. Ce qui est arrivé récemment au pasteur Rachid Seighir et à son employé Nouh Hamimi en est un exemple éloquent. Leur librairie a été fermée il y a trois ans et ils ont été condamnés en deuxième instance à une peine d’emprisonnement avec sursis ainsi qu’à une amende pour avoir « choqué la foi musulmane ». Ils ont pourtant simplement exercé leur droit à la liberté de religion.
De plus, l’Église d’Oran (Oratoire) dont ce même pasteur est responsable a été fermée. Elle fait partie des dizaines d’Églises qui ont reçu l’interdiction de se réunir depuis novembre 2017 parce qu’elles sont accusées de ne pas respecter la loi 03/06 qui exige que les lieux de culte non musulmans soient enregistrés. Mais comment l’enregistrement serait-il possible alors que le gouvernement algérien ne traite pas les demandes émanant de communautés religieuses non musulmanes?
Nous vous demandons de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour que Rachid Seighir et Nouh Hamimi soient acquittés. Nous vous demandons également de trouver une solution avec le gouvernement algérien pour l’enregistrement des lieux de culte non musulmans.
Je vous prie d’agréer, Monsieur l’Ambassadeur, les assurances de mes sentiments respectueux.
Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Sophie N
12. October 2021
Chaque personne doit avoir le droit de pratiquer sa foi, comme Dieu le lui inspiré. Dieu nous a créé différents, mais nous sommes tous en lien avec Le même Créateur. Alors, la justice doit être JUSTE comme Dieu l'est avec chacun de nous. Elle doit aussi respecter le libre choix que Dieu nous accorde. Merci par avance d'accorder la liberté à ce Pasteur et son employée. Que Dieu vous bénisse
Patricia-Genevieve OLLIVIER
16. October 2021
Exhortation à prier....
Autres actualités – Aide aux chrétiens persécutés