Un engagement sans relâche au cœur de la pandémie

L’Irak fait partie des pays les plus touchés par le Covid-19. Nos partenaires sur place s’engagent inlassablement pour apporter une aide concrète. Une vaste campagne d’information et de désinfection doit aider à protéger les habitants de la plaine de Ninive de la contamination.

06_Irak_02

Fin novembre 2020, tout est enfin prêt. Louis Markos Ayoub, vice-président de l’organisation de défense des droits de l’homme Hammourabi, partenaire de CSI de longue date, rassemble son équipe et donne les dernières consignes accompagnées de quelques mots d’encouragement. Il ne peut réprimer un sourire de satisfaction, malgré le sérieux de la situation. La campagne « Protection contre le coronavirus » peut commencer.

Les écoles en première ligne

Le projet se décline en deux volets : d’une part la désinfection de lieux de rassemblements dans la plaine de Ninive, de l’autre l’information de la population au sujet des gestes barrières.

Les écoles, dont la réouverture était prévue pour la semaine suivante, ont la priorité. Suivent des institutions religieuses et culturelles ainsi que des salles polyvalentes.

En plus de la désinfection des lieux à proprement parler, menée sous la direction de personnes spécialement formées, l’équipe instruit aussi les responsables d’établissements sur les mesures qu’ils peuvent prendre pour limiter les risques de propagation du virus. Le matériel nécessaire est mis à disposition.

Profitant de la visibilité de l’action, les organisateurs sensibilisent également la population aux risques liés au Covid-19 et à ce que chacun peut faire. Des brochures et des masques sont donc distribués.

Un devoir envers ses concitoyens

En réaction aux nombreuses lettres de remerciement qu’il a reçues, M. Ayoub commente : « Ce que nous entreprenons ici fait partie de nos devoirs fondamentaux en tant qu’organisation qui s’engage en faveur de la défense des droits de l’homme. »

Le fait de ne pas se contenter des lieux religieux chrétiens, mais d’agir de la même manière pour toutes les structures religieuses découle du même sentiment de responsabilité. En outre, cela contribue à renforcer les liens entre les différentes communautés, un élément essentiel pour une des régions les plus hétérogènes d’Irak sur le plan ethnique et religieux.

En 2020, Hammourabi fêtait ses quinze ans d’existence : l’organisation reste plus déterminée que jamais à poursuivre son engagement en dépit – ou à cause – des nombreux défis auxquels les Irakiens sont confrontés.

La responsable CSI pour l’Irak


Nous sommes actifs depuis ce printemps

Cette campagne dans la plaine de Ninive s’inscrit dans le contexte d’un programme d’aide plus vaste lancé dès le début de la pandémie en Irak. Quand la situation sanitaire a commencé à se dégrader en mars 2020, nos partenaires se sont immédiatement mobilisés pour évaluer les besoins et pour déterminer ce qui était envisageable. Malgré un confinement très strict, il a notamment été possible d’obtenir les autorisations nécessaires pour distribuer des colis alimentaires depuis le mois de mars à des familles particulièrement touchées par les conséquences économiques de la crise dans diverses régions du pays.

L’organisation Hammourabi n’a pas été épargnée par la pandémie. Heureusement, les quelques personnes infectées sont maintenant guéries et Pascale Warda, présidente de Hammourabi, qui s’est retrouvée bloquée en France en mars 2020, a pu rentrer chez elle pour rejoindre son mari après plus de six mois de séparation.

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Soutien aux minorités religieuses