Sœur Marie-Rose veut aider les enfants de la rue à Damas

Dix ans après le début de la guerre, les Syriens souffrent surtout des conséquences économiques, explique sœur Marie-Rose. De nombreuses familles sont si pauvres que leurs enfants doivent travailler ou mendier. La partenaire de CSI veut s’engager de plus en plus auprès de ces enfants de la rue négligés à Damas, qui peuvent même se retrouver en prison pour des broutilles.

Participer à une campagne
Sœur Marie-Rose, partenaire de CSI, s’engage désormais en faveur des enfants de la rue et des personnes âgées de Damas, qui sont isolées et sans ressources. csi

S'engager

Veuillez encourager sœur Marie-Rose dans son travail parmi les enfants de la rue à Damas !

Sœur Marie-Rose se promène dans le centre de Damas, la capitale syrienne. Elle s’arrête régulièrement pour observer les nombreux enfants de la rue, un phénomène qu’elle ne connaissait pas à une telle échelle dans l’ancienne Damas. Cela lui déchire le cœur. Ces enfants doivent ramasser les déchets de plastique et de carton qui traînent pour les vendre et gagner ainsi un peu d’argent pour leur famille appauvrie.

« Après dix ans de guerre, la Syrie souffre encore, et comment ! » s’exclame la religieuse. Mais elle n’est pas surprise : les sanctions économiques et leurs conséquences désastreuses, comme la dévaluation de la livre syrienne, l’augmentation quotidienne des prix des denrées alimentaires, mais aussi la pandémie, ont plongé des milliers de familles dans la pauvreté et rendu d’innombrables personnes dépendantes de l’aide humanitaire.

Ils doivent quitter l’école

« De nombreuses familles ne se préoccupent plus que de savoir comment survivre au jour le jour. C’est le souci du pain quotidien qui fait que même les enfants doivent travailler », soupire sœur Marie-Rose en regardant à nouveau les enfants de la rue d’un air triste. Ces mineurs fragiles, qui n’ont presque connu que la guerre, ont abandonné l’école pour vendre des déchets dans la rue ou trouver du travail dans des magasins, des salons de coiffure et des ateliers. Ils sont ainsi exposés à la violence et à l’exploitation dès leur plus jeune âge.

À Damas, les enfants de la rue mendient de l’argent ou de la nourriture aux passants, voire cherchent de quoi se nourrir dans les conteneurs à ordures.

Arrêté pour une bouteille de gaz

Sœur Marie-Rose ne peut plus rester indifférente aux agissements des enfants de la rue. Elle s’arrête pour parler à certains d’entre eux et en apprendre davantage sur leur histoire. Ils lui révèlent qu’ils ont passé dix jours en prison et qu’ils ont été libérés à la condition qu’ils retournent à l’école. Mais c’est le cœur lourd qu’ils ont à nouveau quitté l’école. La misère et la souffrance dans leur famille ne leur laissent pas d’autre choix. Parfois, ils sont les seuls à s’occuper de leur famille.

Touchée par cette douloureuse réalité, sœur Marie-Rose se rend dans un établissement pour mineurs où elle rencontre des enfants âgés de 10 à 15 ans. Elle demande à un garçon de 10 ans ce qu’il a commis. « J’ai volé une bouteille de gaz », répond-il avec un sourire innocent. Maintenant, il est ici comme tous les autres pour une phase de réhabilitation.

« Ces enfants ont besoin de notre aide », se dit sœur Marie-Rose. Par des activités créatives et des jeux, elle veut témoigner de l’estime aux enfants négligés, encourager leur confiance en eux et leur montrer aussi comment une vie sans vol ni violence est possible. CSI soutiendra cette action durable de sœur Marie-Rose.

CSI

Sœur Marie-Rose, partenaire de CSI, s’engage désormais en faveur des enfants de la rue et des personnes âgées de Damas, qui sont isolées et sans ressources. csi
Sœur Marie-Rose, partenaire de CSI, s’engage désormais en faveur des enfants de la rue et des personnes âgées de Damas, qui sont isolées et sans ressources. csi
Participer à une campagne

Veuillez encourager sœur Marie-Rose dans son travail parmi les enfants de la rue à Damas !

La campagne a été signée 6 fois.
Montrer le texte
Sœur Marie-Rose
Congrégation des Sœurs des Saints Cœurs
de Jésus et de Marie


Chère Sœur Marie-Rose,

Je suis extrêmement impressionné(e) par la manière dont vous ouvrez votre cœur aux personnes les plus défavorisées de Syrie. Vous vous engagez inlassablement et sans compromis pour leur dignité et vous les fortifiez dans leur confiance en soi. Merci pour l’amour que vous apportez aux enfants de la rue de Damas, qui souffrent de la grande pauvreté de leur famille et ont besoin d’une aide urgente.
Que Dieu vous donne force et sagesse afin que vous puissiez montrer à ces enfants une issue viable à leur désespoir. Je prie pour vous et votre ministère.

Avec mes cordiales salutations
Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Syrie