« L’aide de CSI est pour nous un signe d’espoir ! »

Rani, une veuve pakistanaise, a pu sauver de justesse ses quatre enfants. En revanche, ses biens ont été emportés par les inondations, y compris les chèvres qui auraient assuré son existence. « Les inondations au Pakistan sont désastreuses pour d’innombrables personnes », rapportent les équipes d’aide d’urgence de CSI qui travaillent en permanence.

Rani est veuve. Elle a pu sauver ses quatre enfants de l’eau, mais pas ses biens. csi

Rani est veuve. Elle a pu sauver ses quatre enfants de l’eau, mais pas ses biens. csi 

 

Pour Rani, une veuve chrétienne vivant dans une partie rurale de la province fédérée de Sindh, la vie était déjà difficile avant les inondations.

Elle élève seule ses quatre enfants. La mousson désastreuse lui a pris le peu qu’elle possédait. Alors que Rani a pu sauver ses enfants de l’inondation, elle a dû abandonner ses trois chèvres. Elle n’a plus rien : plus de vêtements, plus de lits, plus d’ustensiles de cuisine, plus rien. Elle n’a même pas le courage de penser à reconstruire sa maison. Où va-t-elle trouver un abri ? L’idée de devoir effectuer des travaux forcés dans la ferme du propriétaire foncier l’effraie.

L’aide est arrivée par surprise

Une équipe de CSI en mission par bateau dans la zone inondée a trouvé Rani et ses enfants dans les décombres de sa maison complètement détruite. Ces derniers se protégeaient de la pluie avec une bâche en plastique. La veuve était perplexe lorsque les secouristes sont arrivés chez elle avec les colis d’aide : « Jusqu’à présent, personne n’est venu nous aider. »

Un colis comme signe d’espoir

Sa situation est misérable, a déclaré Rani à l’équipe de CSI. Le fait qu’elle ait reçu de CSI des vivres, de l’eau potable, des médicaments et des moustiquaires, ainsi qu’un peu d’argent, a été pour elle un « symbole d’espoir ». L’aide d’urgence lui donne le courage de ne pas abandonner. Avec un peu de soutien, cette courageuse veuve parviendra peut-être à reconstruire sa maison.

Des animaux noyés, des récoltes qui pourrissent

Comme Rani, d’innombrables victimes des inondations au Pakistan sont dans le même cas. Les flots déchaînés ont rasé leurs maisons, emporté leurs animaux et détruit leurs champs. Les récoltes pourrissent dans l’eau stagnante.  L’ampleur de la catastrophe n’est pas encore connue. Mais ce sont les plus pauvres du Pakistan qui sont le plus durement touchés par ces inondations. Nous remercions tous ceux qui soutiennent l’aide d’urgence de CSI.

Rolf Höneisen

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Pakistan