Accusée de blasphème, Rhoda Jatau reste en détention

L’infirmière chrétienne Rhoda Jatau ne sera toujours pas libérée. Le 27 novembre 2023, la Cour suprême de l’État fédéré de Bauchi, dans le nord du Nigéria, a rejeté sa demande d’abandon des poursuites et donné raison au ministère public. La défense de Rhoda doit maintenant démontrer son innocence. La prochaine audience judiciaire doit avoir lieu le 19 décembre 2023.

signal-2023-10-16-10-44-08-566-2-e1702030930964

Rhoda Jatau a été accusée d’incitation au désordre public, de « mépris de la profession de foi religieuse (blasphème) » et de cyberharcèlement. Ses avocats ont espéré en vain que toutes les charges retenues contre leur cliente seraient abandonnées lors de l’audience du 27 novembre 2023. Au lieu de cela, la Cour suprême de l’État fédéré de Bauchi a donné raison à l’accusation. L’équipe d’avocats de Rhoda doit maintenant présenter sa défense.

Solomon Mwantiri, partenaire de CSI, avocat des droits de l’homme et membre de la défense de Rhoda, se dit « très déçu » par la décision du tribunal. La prochaine audience est prévue pour le 19 décembre 2023.

Une arrestation controversée

L’arrestation de Rhoda Jatau a eu lieu sur la base d’une vidéo qu’elle aurait partagée avec des collègues. Elle y avait dénoncé le lynchage de l’étudiante chrétienne Deborah Samuel Yakubu. Depuis son arrestation en mai 2022, Rhoda est en détention. Sa famille est entrée dans la clandestinité pour des raisons de sécurité.

Des experts de l’ONU ont exprimé leur inquiétude quant à l’arrestation et à la détention de Rhoda. Elle n’a fait qu’exercer pacifiquement sa liberté d’expression et de religion. Ils ont également souligné que depuis son arrestation, la chrétienne accusée n’avait pas été libérée sous caution et qu’elle n’avait eu accès à une assistance juridique que de manière sporadique.

Justice retardée et répression contre les chrétiens

Dans le nord du Nigéria, le blasphème constitue un crime capital passible de la peine de mort. Cette législation vise principalement les chrétiens nigérians. Le cas de Rhoda Jatau a été retardé à plusieurs reprises. Les défenseurs des droits de l’homme y voient une tactique visant à lui refuser justice et à la maintenir en détention. Ils affirment que le ministère public n’a pas de preuves convaincantes.

Un cas similaire est arrivé à Luka Binniyat, un journaliste chrétien de l’État fédéré de Kaduna. Il a été inculpé de cyberharcèlement le 9 novembre 2021. Cette affaire a également connu de nombreux retards et reports. Grâce à l’attention des médias internationaux, Luka Binniyat a été libéré de prison le 3 février 2022.

Morven McLean

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.