Le Premier ministre indien Modi se doit de protéger la vie de tous les habitants du Manipur

CSI a demandé au Premier ministre indien Narendra Modi, lors de sa visite aux États-Unis le 22 juin 2023, d’assurer la sécurité de toutes les communautés de l’État fédéré du Manipur, en particulier celles qui sont les plus exposées à la violence

A-Tribal-Church-in-Bishnupur-District

L’intérieur d’une église détruit par des vandales. csi

 

L’organisation de défense des droits de l’homme Christian Solidarity International (CSI) est profondément préoccupée par la poursuite des violences au Manipur, un État fédéré du nord-est de l’Inde. Les hostilités ont déjà fait une centaine de morts, plus de six mille maisons et quatre cents églises ont été détruites et des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées. Les émeutes au Manipur ont éclaté le 3 mai 2023 et constituent une escalade inquiétante du conflit entre l’ethnie des Meitei, majoritairement hindoue, et les communautés tribales des Kuki et des Zomi, majoritairement chrétiennes. CSI reconnaît que le conflit est en grande partie ethnique, même s’il a des connotations religieuses.

Modi doit rétablir la paix

« Le Premier ministre Narendra Modi est en mesure de rétablir la paix au Manipur », affirme John Eibner, président international de CSI. Selon lui, Narendra Modi ne l’est pas seulement en raison de sa position de chef du gouvernement, mais aussi parce que Nongthombam Biren Singh, le ministre en chef du Manipur, appartient au parti Bharatiya Janata Party (BJP) du président indien. Suite à plusieurs rapports, le ministre en chef du Manipur a pris parti pour la communauté des Meitei, aggravant ainsi le conflit.

Pas de privilèges pour la majorité

L’élément déclencheur avait été une protestation pacifique de groupes tribaux locaux. Ils protestaient contre la demande de reconnaissance des Meitei en tant que scheduled tribe (« tribu répertoriée »). Ce statut accorderait aux Meitei des privilèges et une protection… une perspective qui inquiète les Kuki et les Zomi, moins influents et plus pauvres. Ces derniers craignent qu’en tant que scheduled tribe, les Meitei puissent acheter des terres dans les zones montagneuses traditionnellement protégées, ce qui est jusqu’à présent réservé aux membres de la tribu dans les districts de montagne.

« Nous demandons instamment au Premier ministre Modi d’ouvrir une enquête juste et approfondie sur ces violences. Les responsables doivent rendre des comptes, indépendamment de leur appartenance politique ou de leur identité ethnique », a déclaré John Eibner de CSI. Selon lui, le gouvernement de Narendra Modi doit absolument mettre un terme à la diffusion de la propagande à l’encontre des Kuki et des Zomi au Manipur qui, selon des rapports, est même diffusée par la station de radio publique AIR 103.5 à Imphal. Les émeutes ont entraîné un déplacement démographique important et chassé presque tous les habitants tribaux de leurs maisons dans la vallée d’Imphal, ainsi que tous les Meitei de la région de Churachandpur, y compris les fonctionnaires du gouvernement et de la police.

Les dirigeants des pays occidentaux doivent faire pression sur Modi

CSI a lancé le 20 juin un appel au président américain Joe Biden à interpeller le Premier ministre Modi sur la sécurité et le bien-être de toutes les communautés indiennes. Le président international de CSI John Eibner déclare : « Nous sommes conscients de l’importance stratégique de la relation entre les États-Unis et l’Inde, notamment au vu de la concurrence géopolitique avec la Chine, et voulons donc souligner que les valeurs démocratiques, les droits civils et la protection des vies humaines ne doivent pas être relégués au second plan. »

CSI-France a également interpellé le président français Emmanuel Macron le 12 juillet, a l’occasion de la visite d’Etat de Mr Modi en France. (voir communiqué de presse:  CP Inde 12 07 2023 )

L’Inde doit prendre en compte la situation des minorités religieuses

« CSI demande au Premier ministre Modi d’accorder une grande attention à la sécurité et aux droits des minorités religieuses en Inde. Rien qu’en 2022, les groupes religieux ont signalé près de six cents cas de violence contre les chrétiens, et en 2023, il y en a déjà eu au moins trois cents », souligne John Eibner. CSI est confiant que le Premier ministre Modi donnera la priorité à la sécurité et au bien-être de toutes les communautés au Manipur et dans toute l’Inde. La force de l’Inde réside dans sa riche diversité. Elle devrait servir de facteur d’union et non de source de division.

Rolf Höneisen/ Angélique Gourlay

 

Video: Reportage au camp de secours de Imphal

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.