Une nouvelle vie en Arménie

Des dizaines de milliers de chrétiens du Haut-Karabakh ne peuvent plus rentrer chez eux. Parmi eux, les familles de Siranush et d’Armen ont dû se réfugier en Arménie après l’invasion de leur région par l’Azerbaïdjan. CSI les aide à prendre un nouveau départ.

Arménie. csi

Après quarante-quatre jours de combats, l’attaque azerbaïdjanaise contre les Arméniens du Haut-Karabakh a pris fin le 9 novembre 2020 en vertu d’un cessez-le-feu imposé par la Russie. L’Arménie a dû céder une grande partie du Haut-Karabakh à l’Azerbaïdjan. Des dizaines de milliers de chrétiens ont quitté leur pays et ceux qui avaient déjà fui ont réalisé qu’ils ne pourraient probablement jamais retourner chez eux.

Aujourd’hui, environ trente-cinq mille Arméniens qui ont perdu leur foyer au Haut-Karabakh vivent en République d’Arménie. De nombreuses personnes déplacées ont été hébergées temporairement par d’autres familles arméniennes, mais elles sont conscientes qu’elles doivent trouver leur propre logement à plus long terme. Ce n’est pas une tâche facile, car la plupart d’entre elles ont tout perdu pendant la guerre. Elles ont donc été contraintes d’emménager dans des bâtiments abandonnés ou délabrés.

CSI est solidaire des victimes arméniennes chrétiennes de cette guerre qui est une véritable épuration ethnique de l’Azerbaïdjan. Nous aidons les déplacés à rendre habitables les maisons dans lesquelles ils ont trouvé refuge. Nous leur apportons également le soutien nécessaire pour qu’ils puissent gagner leur vie.

Paralysée par le choc

Siranush * a vécu une vie heureuse avec sa famille dans la région de Hadrout, au Haut-Karabakh. Ses deux enfants ont quitté la maison lorsqu’ils sont devenus adultes et son mari est décédé il y a quelques années. Âgée de 86 ans, Siranush continuait à gérer l’exploitation familiale à Hadrout.

Quand la guerre a éclaté, sa région a été l’une des premières à être envahie par les forces armées azerbaïdjanaises. Le bruit des bombes a tellement effrayé Siranush qu’elle s’est évanouie. Des soldats arméniens l’ont trouvée inconsciente dans sa maison et l’ont emmenée en Arménie.

Aujourd’hui, Siranush vit en Arménie avec sa fille Anjela. Mais le choc a eu une conséquence terrible pour elle : elle ne peut plus bouger ses jambes. De plus, l’appartement de sa fille n’avait pas de chauffage jusqu’à récemment. Le dernier hiver a donc été très dur pour ces deux femmes.

Grâce aux dons des amis de CSI, Anjela a pu faire installer un chauffage dans son appartement. « Cette fois, nous n’avons pas peur de l’hiver », explique-t-elle avec confiance. Lorsqu’Anjela a expliqué aux partenaires de CSI qu’elle aimerait gagner sa vie comme couturière, ils lui ont procuré une machine à coudre et les accessoires adéquats. « Merci beaucoup pour votre aide. J’ai repris confiance en moi. Je peux maintenant subvenir à mes besoins et à ceux de ma mère », souligne Anjela, soulagée.

À la recherche du cadavre de son frère

Avant la guerre, Armen était un agriculteur très prospère. Il s’était installé au Haut-Karabakh en 1999 et avait réussi à acquérir deux maisons, une ferme et un verger. Armen était très fier de ses fils Vartan et Nshan, tous deux sous-officiers dans l’armée.

Sept jours après le début de la guerre, Vartan et Nshan sont partis ensemble en mission spéciale. Une mission au cours de laquelle Vartan a été tué. Nshan n’a pas pu mettre le corps de son frère en sécurité et l’a enterré sur place, mais il a promis de le récupérer dès que possible.

Après la guerre, Nshan a fait partie des chrétiens arméniens autorisés à se rendre dans les territoires conquis par l’Azerbaïdjan pour rechercher les corps de leurs proches. Malheureusement sans succès. C’est seulement au cours d’une seconde tentative qu’il est parvenu à découvrir le corps qu’il a enveloppé dans son manteau pour le ramener en Arménie.

Nshan est toujours traumatisé d’avoir vu son frère aîné mourir sous ses yeux. Son père Armen a tout perdu pendant la guerre et il s’est réfugié en Arménie avec sa femme et son fils, complètement démuni. La famille a malgré tout pu emménager dans la maison des parents d’Armen qui était abandonnée depuis des années et pratiquement inhabitable.

Avec l’aide de CSI, Armen a pu installer un système de chauffage dans sa maison et acheter suffisamment de volailles pour démarrer une petite exploitation avec son fils Nshan.

Une détermination impressionnante

Malgré ces pertes douloureuses, les chrétiens déplacés du Haut-Karabakh sont déterminés à continuer de vivre et de servir leurs proches ainsi que leurs communautés. CSI s’engage pour qu’ils puissent se remettre de l’invasion azerbaïdjanaise et pour que le peuple arménien ait un avenir sur sa terre natale.

Joel Veldkamp

* Nom fictif

Commentaires

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos commentaires et de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Votre commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Autres actualités – Arménie